Zoom sur une technique #5 : l’impression numérique à toner sec


Nous vous avions quitté en juillet avec l’impression numérique HP Indigo, nous entamons cette rentrée toujours dans la thématique de l’impression numérique, mais cette fois dite « à toner sec ». À l’issue de ce 5e numéro de notre série « zoom sur une technique », l’impression numérique n’aura plus aucun secret pour vous et vous saurez, grâce aux conseils concrets et précieux de nos experts Antalis et Arjowiggins Creative Papers, comment utiliser cette méthode dans les meilleures conditions.

 

En quoi consiste la technique de l’impression numérique à toner sec ?

 

Il existe 2 méthodes d’impression numérique : celle sur machines HP Indigo dite à toner liquide et celle à toner sec. Cette dernière technique d’impression numérique est la plus répandue chez les imprimeurs et se réalise sans plaque d’impression, mais uniquement à partir de fichiers numériques. Comme la traditionnelle offset, elle permet d’imprimer en quadrichromie. Ce qui la rend si pertinente pour les travaux d’impression est sa capacité à personnaliser chaque copie et à apporter de la flexibilité aux tirages et aux délais. Cette technique à toner sec s’applique bien aux papiers de création Antalis, même si désormais des gammes dédiées à l’impression numérique voient le jour comme i-Tone® d’Arjowiggins Digital en partenariat avec Mohawk.

 

Impression numérique à toner sec : les conseils de nos experts

 

L’impression numérique, qui se démocratise et se modernise de plus en plus, apparaît comme une nouvelle solution d’impression très pertinente pour tous vos projets, même les plus ambitieux. Avec l’impression à toner sec, cette technique se met à portée de main de tous. Toutefois, comme le gaufrage, le contrecollage ou la découpe platine, chaque pratique nécessite une connaissance pointue de ses forces et faiblesses.

 

Pour vous aider et obtenir des résultats d’exception, suivez les conseils de nos experts Antalis et Arjowiggins !

 

Conseil #1 : Pensez à la texture du papier lors de vos créations

 

Un papier texturé, comme le Rives Design, possède un grain, une surface d’impression atypique dont il faut tenir compte dès l’étape de création. Intégrez donc ce paramètre lorsque vous concevez votre projet car des effets particuliers pourront apparaître ou la texture pourra plus ou moins se voir selon la presse utilisée. Il s’agit donc d’une réflexion à mener en amont, pour ne pas risquer de mauvaises surprises lors de l’impression.

 

Conseil #2 : Jouez avec les finitions

 

Les presses à toner sec dernières générations (de constructeurs tels que Xerox, Kodak, Konica Minolta, Ricoh, Oki) offrent la possibilité de créer : des effets métalliques, du relief, des impressions en blanc, des vernis transparents et des correspondances avec de nombreuses références Pantone®.

 

Conseil #3 : Réglez le poids

 

Avant impression, soyez vigilant au paramétrage du poids du papier. Ne vous fiez pas trop au réglage conseillé, car le papier de création possède une main et une épaisseur souvent plus élevée que les papiers classiques. Prévoyez donc une marge.

 

Conseil #4 : Pensez à laisser refroidir le papier après impression

 

L’impression en toner sec possède des systèmes de fusion qui ont tendance à chauffer et sécher le papier. Aussi, si vous envisagez après la réalisation d’une finition sur la feuille imprimée, il est fortement conseillé de prévoir un temps de refroidissement, à température ambiante, idéalement en l’enveloppant. Dans le cas contraire, le papier peut être froissé et présenter des effets indésirables.

 

Les erreurs à éviter

 

Maîtriser l’impression numérique à toner sec n’est toujours aisé. Quelques erreurs sont à éviter pour garantir un résultat impeccable. Voici 5 points de vigilance pour vous y aider.

 

Point de vigilance #1 : Pas adapté aux grands aplats de couleur

 

Si vous envisagez d’imprimer des aplats de couleur de grand format, l’impression numérique à toner sec ne sera pas la technique la plus adaptée. Car elle risque de créer des défauts.

 

Point de vigilance #2 : Bannissez les papiers offset standard

 

Il n’est pas recommandé d’employer des papiers offset classiques pour une impression en toner à sec. En effet, certains de ces support peuvent contenir des substances entraînant des dommages sur les presses numériques à toner sec. Préférez toujours des papiers adaptés à l’impression numérique et référez-vous à notre site antalis.fr et les conseils de nos experts.

 

Point de vigilance #3 : Pas adapté en cas d’impression laser postérieure

 

Dans le processus créatif, si vous avez choisi une impression laser, sachez que celle-ci n’est pas compatible avec une impression en toner sec en amont. Sinon, vous risqueriez de votre les images de votre impression digitale fondre sur les rouleaux de fixation de l’imprimante laser.

 

Point de vigilance #4 : Température du papier

 

Le papier que vous allez utiliser pour votre impression numérique doit être à la même température que la pièce où se trouve la presse. Si vous ne respectez pas cette condition, le papier peut se déformer lors de l’impression.

 

Point de vigilance #5 : Remballez le papier restant après impression

 

L’humidité est un élément à surveiller en impression numérique à toner sec. C’est pourquoi, il est vivement conseillé de remballer le papier non utilisé après chaque impression afin que l’humidité qu’il s’en dégage ne vienne pas perturber le bon fonctionnement de la presse.

 

Pour aller plus loin dans le monde du digital appliqué au papier, lisez ou relisez nos articles sur l’incroyable potentiel de l’impression numérique et la présentation des gammes Arjowiggins Digital. #justaskantalis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *