Zoom sur une technique #3 : le gaufrage


Notre série « zoom sur une technique » se poursuit avec le gaufrage ! Après le contrecollage et la découpe platine qui vous ont déjà inspirés, nous nous intéressons à cette méthode qui permet de donner du volume à la surface par essence plane du papier. Tour de magie ? Presque ! Encore faut-il que cette technique soit employée à bon escient et sur les bons papiers. Suivez nos experts Arjowiggins Creative Papers qui vous indiquent les bonnes pratiques et celles à éviter.

 

En quoi consiste la technique du gaufrage ?

 

Le gaufrage consiste en un marquage du papier sous l’effet d’une pression. Il en résulte un effet de relief sur le papier. Très souvent, ce sont des motifs ou des caractères de typographie qui sont ainsi marqués sur le support. Cela confère à celui-ci du volume, un effet visuel et tactile très élégant. Très logiquement, retenez que le papier conditionne en grande partie la réussite et le résultat souhaité : plus il sera épais, plus la profondeur du gaufrage et les détails du motif pourront être poussés.

 

Le saviez-vous ? La technique contraire du gaufrage est l’estampage qui permet de créer un creux dans le papier. On cherche alors un effet de profondeur.

 

Gaufrage : les conseils de nos experts du papier de création

 

Le papier de création se prête particulièrement bien à la technique du gaufrage car sa qualité et sa résistance permettent d’accueillir un marquage plus ou moins profond et complexe. Il s’agit d’un embellissement possible du papier fin, qui fait toujours un bel effet auprès du destinataire. De plus, il permet de valoriser simplement une réalisation en lui donnant cet effet bombé, accrochant la lumière et l’œil du premier regard.

 

Pour être certain de réaliser les plus beaux gaufrages et sublimer vos projets, Antalis et Arjowiggins Creative Papers vous proposent un guide de conseils sur cette technique.

 

Conseil #1 : bien choisir le type de papier et le grammage

La typologie du papier et de son grammage conditionnent grandement le résultat du gaufrage. Non seulement au niveau de sa réussite que de l’effet escompté (plus ou moins profond). Par exemple :

  • Les Keaykolour ou les papiers à fibres longues (comme le Conqueror Connoisseur) sont tout à fait indiqués pour un gaufrage appuyé.
  • Pour un effet relief plus délicat, optez plutôt pour des papiers au grammage d’un mimumum 90 g ou au-dessus.

 

Conseil #2 : attention à la typographie sélectionnée

Si vous envisagez de gaufrer du texte, portez une attention particulière à la police envisagée. En effet, les lettres les moins arrondies (comme un « A » ou un « N ») sont, chez certaines typographies, dessinées de manière plus ou moins anguleuse. Or, lors du gaufrage, la pression peut fragiliser ces angles (comme la pointe du « A ») et provoquer des plis disgracieux. Préférez donc les polices donc les angles sont plus arrondis que pointus pour un résultat plus harmonieux.

 

Conseil #3 : augmentez la police, l’interligne et l’espacement

En cas d’utilisation de typographie, le gaufrage oblige à être particulièrement vigilant à :

  • la police : elle doit être supérieure à 8 points ;
  • l’interligne : elle doit dépasser les 2 points ;
  • l’espacement doit être également augmenté.

 

Conseil #4 : jeu de contraste avec un papier texturé

L’emploi d’un papier texturé lorsque l’on envisage un gaufrage peut être un choix intéressant. Il créera un contraste entre ce grain et les surfaces plus planes du gaufrage.

 

Attention ! Évitez cependant une texture trop marquée car celle-ci peut se fondre avec le motif du gaufrage. Vous n’obtiendrez donc pas l’effet escompté.

 

Conseil #5 : pensez à contrecoller votre verso

La réalisation d’un contrecollage au verso de votre feuille peut être une stratégie intéressante afin de donner du soutien et un support plat à l’arrière du papier qui va recevoir le gaufrage (et donc se déformer).

 

Les erreurs à éviter

 

Qui dit technique, dit maîtrise. Le gaufrage n’échappe à cette règle. Il requiert délicatesse et connaissance pour un travail réussi. Arjowiggins a recensé pour vous quelques-uns des pièges à éviter lors du processus de gaufrage.

 

Point de vigilance #1 : portez votre attention sur la gravure

Une gravure de qualité donnera un gaufrage de qualité. Répétez-vous cette vérité comme un mantra ! Soyez donc exigeant sur le niveau de réalisation de votre gravure. Si votre motif comporte de nombreux détails complexes ou si vous prévoyez un tirage important, sachez que le laiton (certes plus cher) est un matériau bien plus adapté que le zinc pour une gravure de bonne qualité.

 

Point de vigilance #2 : pensez à la couleur du papier

En matière de gaufrage, un autre élément crucial lorsque vous choisirez votre papier est sa couleur. Il est reconnu que les papiers particulièrement sombres captent beaucoup la lumière. Par conséquent, un gaufrage réalisé sur ce type de support apparaîtra plus uniforme que sur un autre légèrement moins sombre.

 

Point de vigilance #3 : papiers à en-têtes gaufrés

Si vous envisagez de réaliser un gaufrage pour un en-tête de lettre, ne perdez pas de vue que ce papier sera ensuite utilisé pour une imprimante laser. Afin d’éviter tout bourrage de papier lors de l’impression, veillez donc à ce que le gaufrage soit peu profond et limité uniquement à la zone de l’en-tête.

 

Point de vigilance #4 : papiers non adaptés au gaufrage

Il est bon de savoir que certains papiers ne sont pas ou moins recommandés pour le gaufrage :

  • Les Curious Collection Translucents, très fins par essence, ne doivent pas être gaufrés dans un environnement sec car cela entraînerait leur déchirure.
  • Les Curious Collection Translucents de moins de 120 g ne sont pas du tout adaptés au gaufrage car les bordures du motif se blanchiraient.
  • Les papiers couchés ou vernis sont à proscrire de cette technique car des craquelures se formeraient.

 

Retrouvez toutes les techniques sur papier de création employées par les gagnants 2017 du Concours créatif Antalis. #justaskantalis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *