VIK MUNIZ : des chefs-d’œuvre classiques aux mosaïques de papier


Plasticien et photographe brésilien né à Sao Polo dans une famille modeste, Vik Muniz découvre l’art dans les images des livres qu’il emprunte, enfant, à la bibliothèque. C’est pourtant un rendez-vous bien concret avec le monde de l’art qu’il embrasse lorsqu’il quitte son pays pour les Etats Unis, où il se fait rapidement remarquer par galeristes et marchands d’art. D’abord sculpteur, il explore très tôt sa fascination pour le pouvoir de l’image et de l’optique avec des travaux qui le feront connaitre du grand public.

L’artiste est notamment connu pour ses séries de travaux photographiques non dénués d’humour, reproduisant des toiles et des photos célèbres à l’aide de matériaux insolites issus du quotidien : Sigmund Freud fronce des sourcils de chocolat, la Gorgone Méduse secoue sa crinière de spaghettis, la Joconde sourit de toutes ses pièces de puzzle… Une fois créées, ces œuvres sont immortalisées par une photo puis détruites.

C’est agençant des milliers de morceaux de papier que Vik Muniz réalise l’une de ses plus époustouflantes séries, qui recrée des chefs d’œuvre de la peinture classique. S’inspirant de la technique visuelle des peintres pointillistes, qui juxtaposaient des touches de couleur pour faire naître une vision d’ensemble, l’artiste déchire ici magazines, journaux, livres et bandes dessinées en une multitude de fragments colorés qui, apposés les uns à côté des autres, font surgir la Nuit Etoilée de Van Gogh, un nu de Degas, la silhouette du Voyageur contemplant une mer de nuages de Friedrich ou encore les Raboteurs de parquet de Caillebotte.

b

De près, l’œil se noie dans le vertige coloré des fragments de papier accumulés, mais en prenant du recul, les contours de chaque tableau se dessinent et prennent tout leur sens. Concentrés de précision et de minutie, ces œuvres-mosaïques nécessitent un incessant va-et-vient oculaire du spectateur pour se dévoiler dans leur intégralité. Une jolie collaboration entre artiste et spectateur nait donc de ce travail de collage bigarré.

Vik Muniz a déjà fait l’objet de plusieurs expositions, au musée Guggenheim et au MoMA de New York, à la Tate Modern de Londres, au Centre National de la Photographie de Paris, à la National Portrait Gallery de Washington comme au musée d’art Kasama Nichido au Japon. En attendant la prochaine exposition, vous pouvez avoir un aperçu de ses œuvres ici !

Template photo bloge