Exposition « Faire le mur ! », un autre regard sur le papier peint

Du 21 janvier au 12 juin 2016 est développé, aux Arts décoratifs à Paris, un thème peu souvent abordé en art : le papier peint. Habilement intitulée « Faire le mur ! », cette exposition nous ouvre les yeux sur la capacité quasi illimitée du papier à transfigurer nos murs. Elle fait également écho à une tendance actuelle du papier peint qui devient une véritable œuvre d’art.

Exposition « Faire le mur ! » : présentation

En entrant dans l’exposition des Arts décoratifs, écrin de la plus importante collection de papiers peints au monde, on semble ouvrir la porte d’un appartement. Celui-ci s’organise en 6 pièces exprimant chacune ce que ce genre a voulu symboliser depuis le XVIIIe siècle :
• anoblir le mur ;
• réinventer le mur ;
• déguiser le mur ;
• raconter le mur ;
• inspirer le mur ;
• jouer le mur.

Une sorte d’intimité règne dans ce parcours où des pans de papier nous entourent, nous enveloppent. On prend alors conscience, face à ce panel très large de motifs, couleurs et savoir-faire, de toute l’importance ornementale et symbolique que le simple fait de recouvrir un mur de papier a pu représenter et représente encore. En effet, ne choisissons-nous pas encore aujourd’hui un « papier peint » (wallpaper) pour orner le fond de nos écrans d’ordinateurs ou de smartphone ?

Le papier peint fait tomber les murs

Mais pourquoi recouvrir les murs de papier ?
Le papier en général et le papier à visée décorative en particulier nous viennent de Chine :
• C’est au XVIe siècle, avec les échanges commerciaux entre l’Orient et l’Occident que ces panneaux de papier peint commencent à être révélés au monde.
• Puis, la technique de la dominoterie se développe, cherchant à reproduire des matériaux très nobles comme les riches étoffes de brocart ou le cuir, mais sur du papier et donc à un coût bien inférieur. Ces papiers d’imitation ne sont alors utilisés que pour la menuiserie ou la reliure.
• Il faut attendre le XVIIIe siècle pour que le papier peint, tel qu’on le connaît aujourd’hui, apparaisse. En effet, des fabricants ont l’idée d’imprimer de longs rouleaux de papier d’une dizaine de mètres :
◦ Au départ, la méthode employée est celle de la planche qui nécessite ensuite que les pans soient raboutés (collés entre eux).
◦ Puis, elle laissera la place à l’impression sur rouleau.

À son origine, le papier peint n’était employé que pour recouvrir des intérieurs de coffres, de mobiliers ou les murs de pièces secondaires (cabinets d’aisance, couloirs…). Il était donc un art mineur. Ce n’est qu’à partir de la fin du XVIIIe siècle qu’il acquiert ses lettres de noblesse, avec notamment Jean-Baptiste Réveillon qui le démocratise en proposant une fabrication de 3 types :
• papiers luxueux pour les riches ;
• papiers plus communs pour les bourgeois ;
• papier ordinaire pour le peuple.

La raison d’être du papier peint est donc essentiellement esthétique et liée à une mode qui n’a cessé de croître et se diversifier depuis quatre siècles, comme le démontre l’exposition des Arts décoratifs.

Le mur sublimé
Sans le papier peint, le mur est un mur. Il n’est que la structure d’un bâtiment. Grâce aux papiers, dont certains sont d’une épaisseur et d’une texture très particulières, le mur s’efface au profit d’un imaginaire quasi infini. Il devient non plus une fermeture, mais une fenêtre sur un monde rêvé, imaginaire, réinventé :
• figures animales, nature, ciel : l’extérieur s’invite à l’intérieur, la nature entre dans la maison ;
• paysages, représentation de contrées lointaines ou de paradis rêvés : le mur n’est plus le présent, mais évoque une vision de l’ailleurs, du voyage ;
• trompe-l’œil, parties d’édifices, de décors souvent tirés de la mythologie : la narration des légendes se lit sur les murs qui mettent en scène la pièce, la transforment en théâtre ;
• effets de densité, de velouté, de gaufrage, de la texture : le papier devient une œuvre d’art, un objet précieux ;
• collages, utilisation de métaux précieux : la mode, l’art contemporain font aussi le mur et imposent leur style décalé.

On pourrait se demander quelle utilité existe-t-il à recouvrir les murs de papier ? Or, ici il ne s’agit pas de fonctionnalité, mais hautement d’esthétique et de symbolique. Car un mur recouvert de papier peint fait disparaître le mur. Alors, l’œuvre apparaît.

Au fait, le saviez-vous ? Antalis propose une gamme de papiers peints : Coala Wall Design ! Découvrez la sans plus tarder !

————————————————-
Informations pratiques sur l’exposition

Faire le mur ! Quatre siècles de papiers peints
Du 21 janvier au 12 juin 2016

Musée des Arts décoratifs
107, rue de Rivoli
75001 Paris
Du mardi au dimanche, 11h à 18h
Nocturne le jeudi jusqu’à 21h

Pour plus de détails sur les horaires et différents tarifs, veuillez consulter le site du musée.

IMG_20160212_112621

IMG_20160212_114909

IMG_20160212_112736

IMG_20160212_112925

IMG_20160212_113250

IMG_20160212_113613

IMG_20160212_115300

1 commentaire sur “Exposition « Faire le mur ! », un autre regard sur le papier peint

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *