Des structures cellulaires découpées dans du papier


Rogan Brown, moitié anglais, moitié irlandais, voyage beaucoup entre la France et l’Angleterre. C’est un artiste contemporain qui allie minutie et perfectionnisme dans ses réalisations.

Il a réalisé des découpages qui sont une sorte de croisement entre l’ouvrage d’une dentellière et le travail d’un biologiste. En effet, il s’inspire de formes observées dans la nature, que ce soit lors de balades en forêt méditerranéenne ou via des iconographies scientifiques atypiques pour réaliser ses œuvres.

Bien qu’à première vue, ces structures de papiers ciselées au scalpel durant de longues heures ne semblent pas renvoyer à des objets réels, certains nous offrent un véritable aperçu du monde microscopique. Ces créations sont des représentations inspirées par les types de bactéries présentes de manière générale sur notre peau et dans notre corps agrandies jusqu’à 500.000 fois : un travail impressionnant dans une matière aussi difficile à travailler que le papier.

Rogan Brown précise que nous devons utiliser notre imagination pour compléter sa structure, même si les principales caractéristiques des cellules sont exactes et fidèles à la réalité. Fasciné par ce monde invisible et caché, l’artiste britannique a passé plusieurs mois à étudier les formes étranges et complexes des microbes ou autres agents pathogènes avant de fabriquer ces réalisations.

Sans titre