Concours créatif Antalis 2016 : Le Cartelier sculpte le papier au laser

Le Concours créatif Antalis 2016 est un véritable révélateur de talents, comme celui, atypique, d’Anthony Roques et Victor Lamarche qui ont créé Le Cartelier et Crayon laser, une carterie et un service de découpe et gravure laser. Cette technique leur a permis de remporter le concours dans la catégorie « carte de visite ». Nous vous proposons de découvrir leur parcours et leur projet gagnant.

Concours créatif Antalis 2016 : à la rencontre du studio Le Cartelier

Le Cartelier est un studio de design lyonnais qui a débuté en janvier 2015 avec des produits de carterie et notamment des cartes pop-up représentant des monuments parisiens comme Notre-Dame de Paris ou la tour Eiffel. Face à l’attrait pour la découpe laser et ne souhaitant pas se cantonner à la carterie, ils ont créé une autre marque : Crayon laser qui propose un service de découpe et de gravure laser sur-mesure et sur tous les supports (cuir, bois, carton…). Ils gravent, en petite et moyenne série (5 000 pièces maximum), tout ce qui peut l’être : du violon à la médaille pour animaux, en passant par les faire-part ou des menus de restaurant en bois.

Creative Power les a interrogés sur leur parcours, la technique intrigante du laser et leur usage des papiers de création Antalis.

Creative Power : D’où vous est venue cette idée de découpe fine du papier ?

Anthony Roques : La genèse du projet est liée à mon parcours personnel. Après mes premières années universitaires, je cherchais ma voie. Mes parents ayant décidé de partir en Asie, j’ai saisi l’opportunité de les suivre. C’est en Thaïlande que je suis tombé sur un commerçant ambulant qui vendait de petites cartes pop-up réalisées dans un procédé assez simple mais qui m’a tout de suite séduit. Je lui ai donc acheté tout son stock pour comprendre comment ces cartes étaient fabriquées et assemblées. C’est ainsi que j’ai démarré en élaborant des prototypes, d’abord avec du papier et un cutter !

CP : Comment avez-vous décidé ensuite d’utiliser le laser et d’en faire le cœur de votre activité ?

AR : À mon retour de cette année en Asie, j’ai décidé de poursuivre mes études en suivant la formation IDEA (Innovation Design Entreprenariat et Art), située entre l’école de commerce et l’école d’ingénieur, au cours de laquelle j’ai rencontré mon associé, Victor Lamarche. Au sein de l’école, nous avions un fab lab à notre disposition, avec notamment des machines de découpe laser. Pendant 2 ans, nous avons fait des tests, même sur les supports les plus atypiques comme du fromage ou du pain ! En apprenant à utiliser les machines et les logiciels, nous avons développé notre expertise. Le week-end, nous fabriquions et gravions des skateboards dont les photos ont fait sensation sur Facebook. Très vite, des personnes ont montré leur intérêt non pas tant pour nos skateboards que pour accéder à un service personnalisé de gravure.

CP : Qu’appréciez-vous le plus dans la découpe laser ?

AR : La technique du laser permet de sublimer le papier. On peut obtenir de la véritable dentelle de papier à partir d’une simple feuille de 300 à 500 g. Nos clients sont très réceptifs à ces résultats qui ont un impact fort, très qualitatif et haut de gamme.

Concours créatif Antalis 2016, tour Eiffel sculptée au laser sur Curious Matter

Dans la catégorie « carte de visite », Le Cartelier a choisi de présenter son propre modèle de carte de visite. Il s’agit d’une composition très atypique et tout en volume. Découverte.

Creative Power : Pouvez-vous nous décrire les éléments qui composent votre carte de visite ?

Anthony Roques : Le projet gagnant du concours a été réalisé sur du Curious Matter Désirée red 380 g. Il se compose de papier, miroir, bois et aluminium brossé afin d’être une vitrine de tous les matériaux que l’on travaille. Le miroir est positionné sous la tour Eiffel pour que l’on puisse voir son architecture. La tour, seulement fixée par 2 points d’attache légers, est également détachable et pliable. Toutes les découpes sont bien sûr réalisées au laser. Pour créer ces monuments, on se base sur des logiciels qui ont modélisé en 3D la ville de Paris (Google et Dassault système). Le rendu est donc d’une précision extrême : les dimensions, la structure, l’échelle sont les plus fidèles possibles au monument existant.

CP : Le papier représente environ 50 % de vos projets et le papier Antalis, notamment, est très présent. Comment choisissez-vous le papier le plus adapté à cette technique du laser ?

AR : Nous avons débuté uniquement avec du papier Antalis et nous sommes encore aujourd’hui très fidèles à leurs gammes. Depuis que nous avons découvert le Brainstore de Lyon et sa responsable Martine Charbonnel, je n’ai cessé de m’y rendre. Pouvoir y trouver autant de choix d’échantillons, très utiles pour effectuer nos tests, était une véritable aubaine ! En effet, il est très difficile de savoir comment le papier va réagir à la découpe laser. La masse du papier peut changer de teinte avec la chaleur du laser. Les papiers pelliculés, par exemple, sont inadaptés. Ceux qui ont passé le mieux les tests sont les Curious Matter, car le laser ne laisse pas de trace quand on découpe.

CP : Avez-vous d’autres projets dont vous pouvez nous parler ?

AR : Toujours sous l’emblème de la tour Eiffel qui a fait notre succès du début, nous prévoyons de proposer aux boutiques de cette tour mythique de vendre de petites maquettes à monter soi-même. Ce serait une très belle vitrine qui nous ouvrirait peut-être les portes des maisons de luxe sur des projets innovants à petite et moyenne série ou sur des produits d’édition limitée et personnalisée.

Pour en savoir plus sur la technique du laser, découvrez leur vidéo de démonstration.

Pour plus d’information sur Crayon laser, consultez également leur Instagram.

Hélène Gallo, prescriptrice : l’atout du studio Le Cartelier

C’est en venant régulièrement au Brainstore de Lyon qu’Anthony Roques et Victor Lamarche ont ensuite été mis en relation avec Hélène Gallo, prescriptrice Antalis de la région lyonnaise. Depuis 2015, la relation de confiance qui s’est instaurée entre eux n’a cessé de se renforcer, promettant de beaux projets. Portrait de l’une de ces femmes de l’ombre, au service du papier de création.

Creative Power : Depuis combien de temps travaillez-vous chez Antalis ? Quel est le parcours qui vous a menée à la prescription et au papier ?

Hélène Gallo : Je suis chez Antalis depuis 29 ans. Je crois pouvoir dire que lorsque l’on entre dans le monde du papier, on n’en sort plus ! J’ai toujours eu un goût prononcé pour le papier haut de gamme et mes connaissances en arts appliqués n’y sont certainement pas pour rien. À l’époque, la prescription n’existait pas. J’ai donc débuté au service commercial. Puis, j’ai géré pendant 4 années le Brainstore de Lyon. Mais j’ai eu envie d’aller sur le terrain, à la rencontre des clients. Le service de prescription qui se montait à cette époque-là a répondu à mes attentes. C’est ainsi que, depuis 2001, je suis devenue prescriptrice pour les régions Rhônes-Alpes et PACA.

CP : Quelle est la spécificité du service prescription selon Antalis ?

HG : Si l’on y pense, je me suis trouvée aux débuts du métier de prescription chez Antalis, car cette fonction n’existait pas auparavant. Même encore aujourd’hui, je pense que ce service est assez propre à Antalis. Il a l’avantage de séparer la partie commerciale pure du conseil. Ce modèle unique permet ainsi de donner le temps à la relation prescripteur/créateur de s’installer, afin que la confiance se construise. Or, cet espace de rencontre, d’échange, de conseil est capital pour ce genre de projets créatifs.

CP : Comment concevez-vous votre rôle de prescriptrice ?

HG : Lors de mes RDV clients, j’ai un rôle de conseil, j’instaure une relation et je fais découvrir des matières. J’oriente la personne en fonction du projet. Ce rôle de conseil personnalisé est primordial car il permet d’implanter nos marques et de déclencher des ventes.

CP : Qu’aimez-vous le plus dans votre métier ?

HG : Ce que j’apprécie le plus est de me trouver à l’origine du projet et, à mon niveau, d’y collaborer. On partage avec la personne un moment d’échange et de création. On ne pourrait pas transposer ce métier dans le virtuel. Car seule la rencontre physique, dans le temps, autorise la confiance. Également, j’aime l’idée que tous les projets se suivent, mais ne se ressemblent pas. Enfin, en intervenant auprès d’étudiants, je considère que sensibiliser les jeunes générations au papier est aussi l’une des missions de la prescription. En résumé, il faut beaucoup d’énergie et de passion pour entreprendre ce métier !

CP : Nous savons que vous avez pris contact avec Anthony Roques et Victor Lamarche via le Brainstore de Lyon. Dans le cadre du Concours créatif Antalis 2016, vous avez été un peu leur « bonne fée ». Pouvez-vous nous dire quelle a été votre implication ?

HG : En effet, après quelques premiers échanges avec eux en 2015, au cours desquels je leur ai fait profiter de mes contacts et de mon réseau, j’ai reçu leur carte de visite en tour Eiffel. Je me suis demandé comment utiliser ce magnifique matériau. Je voulais les soutenir. La nouvelle édition du Concours créatif Antalis est arrivée à point nommé : je les ai inscrits à la dernière minute, sans les prévenir ! Ce n’est qu’une fois les résultats tombés que je leur ai appris la nouvelle. Ils étaient très heureux de cette victoire surprise qui leur a donné un nouvel élan !

Découvrez d’autres duos de créateurs & prescriptrices dans nos précédents articles : Aurore Markowski & Laurence Auvray, Muriel Bertrand & Fatima Bahloul.

Vous souhaiteriez bénéficier des conseils d’une prescriptrice ? Lisez notre article dédié sur ce service unique d’Antalis ou contactez-nous. #justaskantalis !

La tour de papier et son modèle en fer. Bluffant, non ?
La tour de papier et son modèle en fer. Bluffant, non ?
Détail de la tour découpée au laser : une véritable dentelle.
Détail de la tour découpée au laser : une véritable dentelle.
Montage audacieux sur un miroir reflétant la structure de papier.
Montage audacieux sur un miroir reflétant la structure de papier.

Grâce à sa carte de visite tour Eiffel, Le Cartelier gagne le Concours créatif Antalis 2016.
Grâce à sa carte de visite tour Eiffel, Le Cartelier gagne le Concours créatif Antalis 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *