Collection Paper Tour par Julie Auzillon : des guides pour un tour du monde du papier !


La pétillante créatrice aux superbes reliures de création ne nous est pas inconnue chez Creative Power. Nous lui avions en effet consacré notre premier portrait d’artiste du papier. Aujourd’hui, Julie Auzillon présente « Paper Tour », une collection de city guides intimistes proposant, pour chaque destination visitée, une sélection des meilleures lieux du papier, des artisans les plus reconnus. Une idée à la fois évidente et originale, mais il fallait juste y penser. Après Paris, Londres, le Japon… que nous réserve-t-elle encore comme voyage au cœur du papier ? Amoureux du beau papier, ces guides vont vite devenir vos indispensables !

 

L’origine du projet « Paper Tour » de Julie Auzillon

 

C’est en cherchant à associer ses voyages personnels à sa passion du papier que Julie Auzillon a développé l’idée d’un « Paper Tour » à partager avec ses lecteurs. Une envie aussi de cultiver un exercice plus éditorial, différent mais complémentaire de son savoir-faire de relieuse de création. Elle nous raconte la belle histoire de ces guides de voyage d’un nouveau genre.

 

Creative Power : Comment avez-vous eu cette idée d’un « Paper Tour », une tournée du papier dans le monde ? Et pourquoi avez-vous voulu mettre en place cette collection ?

Julie Auzillon : L’idée m’est apparue en préparant mon voyage au Japon. Je cherchais alors des adresses de boutiques de papier, d’artisans à rencontrer, etc. J’ai en quelque sorte voulu créer le guide qui m’a manqué pour préparer ce voyage : un répertoire des lieux phares du papier s’adressant aux passionnés comme moi ! Finalement, j’ai adoré faire cette chasse aux trésors et travailler sur ce premier livre. J’ai donc eu envie de prolonger l’expérience, la partager et en faire une série.

 

CP : Comment se sont opérés vos choix de destinations ? Paris, Londres, le Japon ?

JA : Le premier guide est donc celui sur le Japon, un pays qui m’attire énormément. Pour Paris, comme j’y vis, c’était un passage obligé pour la deuxième parution ! J’y ai toutes mes adresses fétiches où je me fournis au quotidien. Concernant Londres, c’est la proximité de la capitale britannique qui a rendu la troisième édition possible en peu de temps. Pour toutes mes destinations, j’ai toujours fonctionné selon les opportunités avec pour seule règle « un Paper Tour à chaque voyage ». Mes guides sont sans frontière, ils partent aux 4 coins du monde ! Et je suis très heureuse de constater qu’ils intéressent les lecteurs qui ont confiance en mon expertise dans le domaine du papier.

 

CP : Comment avez-vous procédé pour préparer vos « tours » ?

JA : C’est un très très long travail de recherche, une véritable enquête passionnante ! Je fouille d’abord sur Internet pendant plusieurs jours. Je questionne également mon entourage. Ensuite, je crée une carte avec toutes les adresses que je trouve, puis j’organise mon voyage en fonction et je sélectionne les priorités. Par exemple, pour Londres, je m’étais fixé comme objectif de visiter une trentaine d’adresses en 3 jours. C’était donc très chronométré et presque sportif ! Mais je reste aussi ouverte au hasard qui m’amène parfois vers des adresses que je n’avais pas repérées au préalable. C’est ça, aussi, la magie du papier !

 

CP : Qu’est-ce que cet exercice vous a apportée ?

JA : Je suis relieuse, je travaille avec mes mains toute la journée, mais j’aime aussi faire beaucoup d’autres choses moins manuelles : prendre des photos, rédiger de petits articles, mettre en page, partager mes photos au fur et à mesure du voyage sur les réseaux sociaux… Je me suis rendue compte que tout cela me plaisait vraiment beaucoup, sans parler du plaisir de voyager ! D’ailleurs, c’est une façon très agréable de visiter un ville. Ces adresses m’amènent dans des quartiers où je ne serais pas forcément allée, suscitant ainsi de belles découvertes. J’avais déjà visité Londres plusieurs fois et finalement c’est de ce dernier voyage dont je garde le meilleur souvenir. Ce Paper Tour a rendu la ville plus belle à mes yeux.

 

CP : En créant cette collection, est-ce une manière d’explorer l’édition, un domaine qui vous tentait ?

JA : Je crois que j’aime le livre sous tous ses aspects ! J’ai longtemps travaillé dans une bibliothèque pour enfants où nous organisions notamment des expositions avec des petits éditeurs. L’édition est donc un monde que je connais un peu et qui m’intéresse beaucoup. J’ai aussi depuis longtemps l’envie d’éditer des livres techniques pour apprendre aux amateurs à réaliser les reliures que j’ai créées. Je n’en ai donc pas fini avec cette fibre éditoriale !

La couverture, sobre et souple, des carnets de Julie Auzillon leur permet de se glisser partout.
Détail d’une page intérieure et des couvertures, par Julie Auzillon.

 

Paper Tour par Julie Auzillon : une exploration des cultures du papier

 

Creative Power — Si vous deviez qualifier chacune des destinations visitées à travers le prisme du papier ?

Julie Auzillon — Je dirais « émerveillée » pour le Japon, « reconnaissante » pour Paris et « impressionnée » pour Londres.

 

Plus qu’à découvrir de belles adresses, Julie Auzillon nous invite à travers ces city guides à voyager autrement et surtout à explorer toute la diversité du papier à travers le monde. En effet, celui-ci est appréhendé sous des angles très différents selon la partie du globe et la culture où il s’est développé. La relieuse voyageuse nous dévoile un peu des contenus de ses ouvrages, comme un avant-goût des univers insoupçonnés du papier.

 

CP : Pouvez-vous nous dire ce que ces voyages de papier vous ont révélé sur le papier ? Comment le papier est perçu dans chaque ville ?

JA : Après 3 guides, je me rends compte que chaque endroit a sa façon bien à lui de mettre en valeur ses papiers. Les boutiques de Londres, par exemple, ont vraiment été une leçon pour moi à ce niveau là. En effet, chaque boutique est un univers, un lieu très soigné et « stylé » qui donne vraiment envie d’y rentrer. La plupart des adresses sont d’ailleurs toujours bondées ! Chaque pays possède également sa façon d’aimer et d’utiliser le papier. Au Japon, on trouve beaucoup de cartes, de papiers à lettres… c’est-à-dire des papiers qui incitent à partager avec les autres. Tandis qu’à Londres, on trouve surtout des sortes de cahiers à idées, entre le cahier d’exercice et le journal intime. Quant à Paris, j’ai plus de mal à avoir un regard extérieur puisque j’y vis. Je dirais que c’est le lieu où j’ai vu le plus de variété : du papier artisanal à l’industriel, de toutes origines, du plus rare au plus commun… Je me sens très chanceuse d’avoir toutes ces matières à portée de main !

À Tokyo, la vitrine de la boutique de papier Morita Wagami et son ordre harmonieux.
Vue originale de notre exploratrice du papier : bouquet de papiers dans une boutique londonienne.
À Paris, un mille-feuille de papiers chez Antoinette Poisson.

 

CP : À Paris, vous avez mis en valeur le Brainstore d’Antalis situé dans le 13arrondissement. Un lieu que vous aimez particulièrement, n’est-ce pas ?

JA : Je connais bien Antalis dont j’utilise plusieurs de leurs gammes comme la Collection Curious pour mes reliures. Il se trouve que j’ai préparé mon Paris Paper Tour juste au moment où ils ont ouvert leur nouveau showroom sur l’avenue de France. Sur le guide, ce lieu très photogénique semble vraiment dire « c’est le paradis du papier, il y en a du sol au plafond » !

Dans le Paris Paper Tour, la page consacrée au Brainstore d’Antalis, temple du papier parisien.

 

CP : Comment se construit chaque guide ?

JA : Chaque guide suit une même logique : ma sélection d’adresses, avec plusieurs photos et un descriptif de ce que l’on y trouve. Mais selon les destinations, j’insère également quelques suppléments. À Paris, j’ai eu l’idée d’enrichir le guide de quelques visites d’ateliers d’artistes qui travaillent le papier, comme Maud Vantours qui connaît aussi bien les papiers Antalis. En ouvrant généreusement leurs portes d’ordinaire fermées au public, j’ai pu montrer l’envers du décor aux lecteurs. Pour moi, cela a aussi été l’occasion de faire de belles rencontres et d’échanger sur nos métiers qui ont en commun cette matière fabuleuse, le papier. Au Japon, en revanche, j’ai choisi d’apporter au guide une touche gastronomique en l’enrichissant de bonnes adresses de restaurants à proximité des lieux. Papier et saveurs, le bonheur !

Reportage au cœur de l’atelier de Maud Vantours, designer du papier et créatrice de vitrines.

 

CP : Le papier guide vos pas et prend des tonalités différentes dans chacune des destination visitée. Arriveriez-vous à donner un adjectif pour qualifier chacune ?

JA : Je dirais « émerveillée » pour le Japon, « reconnaissante » pour Paris et « impressionnée » pour Londres.

 

CP : Quelles sont les prochaines destinations que vous avez en tête ?

JA : Ma prochaine destination est déjà décidée : ce sera l’Italie ! Pour y dénicher ses papiers baroques, hauts en couleurs. Je songe également à réaliser un deuxième tome du Paris Paper Tour, pour y ajouter des adresses et parce que cette ville semble très appréciée des amateurs de papier. J’aimerais également retourner au Japon pour me rendre dans les villages où se trouvent les ateliers de fabrication du papier et, dans la même idée, faire le tour de France des moulins à papier. En somme, un tour du monde des papiers ne me déplairait pas !

 

Si vous souhaitez vous procurer les city guides de la collection « Paper Tour » par Julie Auzillon, rendez-vous sur son e-boutique ou contactez-la afin de vous rendre dans son atelier sur rendez-vous (info@julieauzillon.com) ! Et n’hésitez pas à suivre sa page Instagram : @julieauzillon 😉

 

Découvrez d’autres livres qui font rêver et voyager avec le portrait d’Hélène Druvert. #justaskantalis !

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *