Agence Murmure : la matière papier au cœur de l’alliance print et digital


Paul Ressencourt et Julien Alirol, tous deux directeurs artistiques, dirigent la discrète mais inventive Agence Murmure. Basée à la fois à Paris (pôle digital) et Caen (pôle print, avec studio photo et atelier de sérigraphie), cette société créative mise sur le bouche-à-oreille et la haute qualité, à la fois print et web, de ses réalisations. Toujours à l’affût de la matière et tournés vers des influences urbaines, Paul et Julien placent naturellement le papier de création au cœur de leurs projets.

Écoutez ce murmure-là et ouvrez grand vos yeux.

 

D’où vient l’Agence Murmure ?

 

Pour mieux comprendre l’ADN de l’Agence Murmure, nous avons rencontré Paul Ressencourt, l’un des fondateurs et directeur artistique.

 

Creative Power : Bonjour Paul, vous et Julien Alirol dirigez l’Agence Murmure. Pouvez-vous nous raconter comment vous vous êtes rencontrés ?

Paul Ressencourt : Nous avons tous deux passé un diplôme en Design graphique en trois ans aux Beaux-Arts de Caen. En dernière année, nous avons formé un duo pour participer à un premier concours. Au final, on en a gagné 3 ensemble ! Cela nous a permis de trouver des clients dès la sortie de l’école. Finalement, notre association s’est faite naturellement. Julien est très carré avec une bonne méthode de travail, et fort en typographie. Moi, je suis moins méthodique, mais très créatif. Ce binôme-là a bien marché, car il est complémentaire. C’est pour cela qu’il est encore en place aujourd’hui.

 

CP : Vous êtes aujourd’hui 2 associés, mais je crois que vous avez débuté à 4 fondateurs ?

PR : En effet, nous sommes actuellement 2 directeurs associés et fondateurs, mais, en 2010, lorsque l’agence a été créée, il y avait 4 fondateurs. Puis, avec les envies différentes d’évolution et la réorientation économique, nous nous sommes séparés de 2 personnes. Parmi elles se trouve Simon Roché, notre ancien directeur technique, qui est maintenant sérigraphe à l’Imprimerie du Marais et a développé l’ingénieux concept du Printvan.

 

CP : Sur quels types de projets se sont basés vos débuts ?

PR : Pendant 2 ans, nous avons développé beaucoup de projets personnels, comme les cartes de visite en béton de 3 mm d’épaisseur et portant un gaufrage et une sérigraphie. Ou encore, les cartes de visite à encre thermosensible. Il s’agit de supports en papier entièrement noirs où le texte, inscrit grâce à une encre sensible à la chaleur, se dévoile au contact de la main de l’utilisateur. Au lieu de surcharger d’informations, on attise la curiosité par leur absence. Ce sont ces concepts et ces recherches de matières détournées ou innovantes qui nous ont donné de la visibilité et nous ont permis de définir peu à peu notre ligne éditoriale.

Le projet bluffant qui a fait connaître l’Agence Murmure : les cartes de visite en béton.

 

Des cartes de visites en encre thermosensible sur papier noir : le texte apparaît au contact de la chaleur de la main.

 

 

CP : Très lié à votre état d’esprit, le nom de votre agence, « Murmure ». D’où cela vient-il ?

PR : Dans le choix de notre nom, nous avions plusieurs critères : nous voulions un nom français, mais qui ne soit pas tape à l’œil. Nous aimions la connotation du terme « murmure » qui suggérait l’idée que les personnes arrivaient chez nous par la qualité de notre travail. Le murmure, c’est finalement le bouche-à-oreille. En parallèle, nous avons un véritable rapport à la matière, au côté urbain symbolisé par le mur, son usure dans le temps. Cette marque de fabrique se retrouve dans mon nom de street artiste qui est aussi Murmure et dans des projets comme Nördik Impakt. Dans le cadre de ce festival électronique, nous avons recouvert tous les lieux de la ville de Caen qui allaient accueillir l’événement des motifs choisis pour la campagne de communication. Le collage du papier  qui a investi les murs de la ville se dégradait avec le temps et marquait ainsi un côté éphémère qui nous tenait à cœur.

 

Agence Murmure : l’alliance élégante du print et du digital

 

Les dirigeants de l’agence Murmure possèdent un souci égal du print et du digital car ils sont persuadés de l’importance de l’un comme de l’autre. Ils cherchent constamment à obtenir sur les 2 supports une même qualité et exigence pour servir au mieux l’identité visuelle et le message de leurs clients.

 

CP : Vous placez une même exigence dans vos 2 univers print et digital. Pouvez-vous nous en dire plus ?

PR : Pendant longtemps, l’agence a été très reconnue pour sa qualité en print. Mais pour le digital, nous n’arrivions pas à des résultats aussi aboutis, à la hauteur de ce que nous voulions atteindre. Désormais, notre directeur web est capable de travailler sur des concepts en digital qui se situent au même niveau que nos concepts en print. Créant ainsi un plus grand équilibre, nous avons mis en place une direction artistique forte et cohérente sur tous les supports de communication.

 

CP : Votre souhait de ne pas privilégier le digital par rapport au print est un vrai credo chez vous.

PR : Oui, ces deux domaines nous semblent aussi importants l’un que l’autre, car nous y mettons autant de travail et d’acharnement pour aboutir à ce que nous voulons. Dans la plupart des cas, nous réalisons de la refonte ou de la création d’identité visuelle qui se compose d’une stratégie marketing, d’une remise à plat et d’un audit, d’une réalisation de l’identité et de la déclinaison en support print et digital. Dans ce mode de fonctionnement, difficile pour nous d’externaliser la partie digitale, car nous perdrions de la cohérence. Nous avons donc préféré avoir toutes les compétences en interne.

 

CP : Vous qui y êtes au cœur des 2 supports, qu’observez-vous ?

PR : On s’habitue avec le digital à des campagnes de communication aux couleurs vives. On travaille en RVB, ce qui donne un rendu efficace sur écran. Mais le passage au print est souvent oublié, pas assez anticipé. Même si les productions print ne sont pas présentes au début d’un projet, on ne fait rarement que du digital. Il faut donc penser la charte graphique au complet, print comme digital, dès le commencement pour qu’elle soit optimisée sur les 2 supports.

 

Agence Murmure, quel rapport au papier de création ?

 

À travers son souci de l’imprimé de qualité, l’Agence Murmure se tourne naturellement vers les papiers de création. Tour d’horizon de projets passés et récents où le papier acquiert toutes ses lettres de noblesse.

 

CP : La matière est capitale chez vous, comme le montre le très original projet de cartes thermosensibles.

PR : Oui, la matière et son rapport au temps, son côté éphémère, sont des sujets récurrents dans notre travail. En cela, le papier à encre thermosensible est un très bon exemple, car c’est une technique qui n’a une durée de vie que de 2 à 3 ans (en raison des micro-capsules qui éclatent au fur et à mesure qu’on les touche). Également, lors de l’utilisation, le texte est éphémère puisqu’il apparaît et disparaît très rapidement en fonction de la chaleur ambiante.

 

CP : Le papier se retrouve toujours à un moment donné au cœur de vos réalisations. Pour illustrer son utilisation, évoquons quelques-uns de vos projets. Pouvez-vous nous parler tout d’abord de votre carte de vœux 2016 ?

PR : Cette carte a été réalisée sur un Curious Matter Sable de chez Arjowiggins Creative Papers. Ce papier a un grain, comme un grip, et un toucher rugueux très intéressant. Pour notre réalisation, nous avons choisi un ton très neutre avec une dorure à chaud noire et une typographie réalisée à la main. Nous voulions juste sublimer le papier par une composition très épurée.

Cartes de vœux 2016 by Agence Murmure, sur Curious Matter Sable

 

CP : Vous collaborez souvent pour des architectes, comme dans le cadre d’Exo artwork.

PR : En effet, il s’agissait dans ce cas d’utiliser la découpe laser pour enlever le plus de papier possible tout en conservant la résistance des forces du papier, comme en architecture avec un bâtiment.

Travail sur la découpe laser poussée à son maximum – projet pour un cabinet d’architectes.

 

CP : Enfin, votre réalisation la plus récente a consisté à recréer entièrement l’identité visuelle du Centre Chorégraphique National de Caen. Un projet d’ampleur.

PR : Tout à fait, nous avons basé notre réflexion sur la déchirure du papier. Le mouvement du papier devient un symbole du mouvement du corps dans l’espace scénique. Chaque exemplaire, imprimé sur du papier Rives Sensation Matt Tradition Bright White, est un objet unique puisqu’il doit être déchiré à la main. Le geste de « déchirer quelque chose » est un acte très print, difficile à rendre en numérique.

 

Identité visuelle du Centre Chorégraphique National de Caen : travail sur la déchirure du papier.
L’Agence Murmure a imaginé des supports destinés à être déchirés à la main pour en révéler le contenu.

 

Murmure a voulu symboliser, à travers la déchirure du papier, le mouvement du corps dans l’espace scénique.

 

CP : Un dernier bel exemple de réalisation et collaboration print est votre participation au projet United Notions en 2016.

PR : En effet, l’exposition United Notions est une démarche qui nous a beaucoup plu. Nous avons été séduits par les très belles agences représentées et par la chance d’avoir carte blanche sur un projet touchant à la sérigraphie, une technique que nous affectionnons particulièrement.

 

Toujours plus de portraits, de rencontres avec des créateurs de talent, tel est notre credo ! Lisez ou relisez nos articles sur la sculpture de papier de Le Cartelier, les réalisations de l’Atelier 2A ou encore la sérigraphie sur papier de l’Atelier Fwells. #justaskantalis !

 

1 thought on “Agence Murmure : la matière papier au cœur de l’alliance print et digital

  1. La finesse et les techniques utilisees pour la typographie en renforcent les asperites et la brutalite. Tres beau travail entre echelle et matiere, brutalite du support et finesses typographiques et de gaufrage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *